lundi 22 décembre 2014

Arsène Lupin / Les origines / Les disparus de Benoît Abey, Pierre Deschodt, Christophe Gaultier, Marie Galopin


J'avoue ne plus avoir beaucoup de souvenirs des aventures d'Arsène Lupin pourtant dévorées en intégralité à l'adolescence. Une chose est certaine, il ne me reste que le souvenir d'aventures pétillantes aux situations rocambolesques ( glisser Rouletabille, autre héros sensiblement de la même époque me sera difficile).A moins que ne soit présente à mon esprit la série télévisée à succès avec Georges Descrières... Bref, la lecture de cet album, présentant les jeunes années du gentleman cambrioleur  m'a un peu surpris par le traitement choisi.
Nous sommes fin 19ème, dans une maison de correction sinistre, à Belle Ile, où est enfermé tout un ramassis de délinquants dont un jeune Arsène, arrêté pour avoir assisté au meurtre d'un moniteur de savate. Il se liera d'amitié avec un dénommé Jacob et le fait d'avoir des yeux vairons lui portera chance. Il sera adopté par le comte de la Marche, dont le fils décédé avait la même particularité. Arsène recevra la meilleure éducation et on lui inculquera au passage le combat de toute une vie de cette noble famille : éradiquer la sinistre confrérie des lombards, un genre de mafia.
La quatrième de couverture promet aventures, humour et panache, comme dans l'oeuvre de Maurice Leblanc... je ne l'ai pas vraiment éprouvé en le lisant. L'histoire avance certes, presque chapitrée, mais cela reste un album d'exposition, Il met en place l'intrigue, les personnages, qui devraient prendre de l'ampleur par la suite. C'est bien fichu, un peu touffu parfois. Le dessin est au diapason de l'histoire, plutôt charbonneux. Il m'a rappelé par moment les tableaux de Bernard Buffet, peintre aujourd'hui déconsidéré, Cette noirceur de trait rend le récit finalement très sombre, inquiétant.
Difficile d'être emballé par cet album qui n'est que la mise en bouche d'une série qui pourrait promettre beaucoup comme le montre une magnifique dernière planche, donnant soudain envie de connaître la suite. Il y a donc des chances que je me plonge dans le numéro 2 de ces nouvelles aventures d'Arsène Lupin...




Album lu dans le cadre de "Masse critique " du site Babelio.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...