samedi 29 août 2015

Love de Gaspar Noé


Plein champ, un couple se masturbe. Nous entrons dans le film de Gaspar Noé par cette scène muette, simple au final, pas pornographique car la longueur, une très belle lumière et la fixité du plan au son d'Erik Satie, lui confèrent un côté artistique dépourvu de toute complaisance. Puis l'homme, Murphy, en couple avec la blonde Omi, reçoit un coup de fil de la mère de sa précédente amoureuse, la brune Electra, inquiète de sa soudaine disparition. Alarmé par cette nouvelle, son passé avec cette femme va resurgir. Les souvenirs assez opiacés vont se succéder à rebours, lui rappelant le parcours assez chaotique de ce couple : triolisme, boîte à partouzes, relation avec une personne transgenre.
Vendu comme le premier film avec des scènes de sexe non simulées (mouais, il y avait quoi alors dans "Nymphomaniac", "L'inconnu du lac " ou "La vie d'Adèle" ?), "Love" n'est nullement un film porno. Le regard qu'il porte sur les rapports de couple n'est ni malsain, ni facile. Aucune scène ne s'adresse à la partie reptilienne de notre cerveau même si parfois, dans cette profusion de rapports sexuels, on peut discerner une certaine fascination ou obstination à vouloir cerner le plaisir physique. Le scénario, pas folichon, est parfois un prétexte à amener ces scènes amoureuses, toujours filmées dans une dominante rouge un peu cliché et entrecoupées de moments dialogués, prétextes à de longs travellings de couples de face ou de dos, déposés sous le métro aérien parisien (bonjour l'originalité !) ou sur des chemins ou dans de longs couloirs ( clin d'oeil à "Irréversible" ? ). Cependant, le film s'avère passionnant dans ce qu'il ne montre pas réellement.  Il interroge le spectateur sur le sexe, le plaisir qui y est lié ainsi que sur sa représentation à l'écran. Chacun le recevra avec son propre vécu. Ceux qui pensent que faire l'amour est un acte aussi banal que manger ou lire, trouveront plutôt sympathique  cette tentative d'évocation de l'amour physique sans cache sexe. Ceux qui pensent que cela doit doit rester dans une intimité totale avec lumière éteinte, se rangeront dans le clan des choqués, voire des censeurs, c'est toujours plus facile que de se poser des questions.
Le plus troublant pour moi dans ce film, restera sans doute le portrait intime du réalisateur qui apparaît au fil des scènes. En essayant de représenter le plaisir total et relâché que l'on éprouve quand on fait l'amour, Gaspar Noé  brosse également une carte du tendre de ses propres désirs, redoutés, vécus, enviés ou fantasmés. En plus de se citer souvent, comme pour mieux nous affirmer sa présence, le dévoilement de son intime passe pas mal par les scènes de sexe. ( Attention, ici je vais faire de la psychologie à la "Marie-Claire", le magazine...). L'absence d'images de vulves opposée à celles très  nombreuses du sexe masculin toujours présenté triomphant, m'a donné à penser que Mr Noé a une fascination ( toute masculine ? ) sur ce membre, cachant peut être un fantasme de passage à l'acte homosexuel ?  Cette idée, corroborée par la scène de tentative avortée d'un rapport sexuel avec un partenaire transgenre, s'associe également à une sous représentation dans le film de l'orgasme féminin, comme si celui-ci continuait à faire peur ...
"Love" est un projet éminemment cinématographique, bien plus complexe qu'il n'y paraît. Pas totalement abouti dans sa représentation du plaisir sexuel, un peu maladroit, un poil narcissique, il serait toute fois idiot de le bouder car il fait partie de ces oeuvres qui défrichent et font avancer la réflexion du spectateur sur la vie, l"amour, le désir, le plaisir. Pour cela "Love" avait toute sa place à Cannes et dans tous les cinémas de France.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...