jeudi 17 mars 2016

Midnight special de Jeff Nicols



Moins vous en saurez sur ce film, mieux ce sera. C'est le cas pour beaucoup mais pour celui-ci tout particulièrement, car plonger totalement vierge dans le nouveau film de Jeff Nichols  ( MudTake shelter ) est un bon moyen pour obtenir un excellent moment de cinéma.
Moi qui l'ai vu et aimé, que vous dire ? Si vous connaissez les précédentes oeuvres de ce réalisateur américain indépendant, sachez que l'on y retrouvera les mêmes éléments récurrents  : un enfant qui concentre l'intérêt, l'importance du ciel (un peu mystique mais un peu inquiétant aussi), l'acteur Michaël Shannon qui, paraît-il, galvanise le talent de Mr Nichols, l'importance du lien familial, et toujours celui du duo père/fils, mais cette fois-ci mis au service d'un thriller mâtiné de science-fiction. Il ne faut pas avoir peur du terme "science-fiction", car perso, je ne suis pas un fan du genre mais sous le regard de ce metteur en scène, c'est passé comme un bon film psychologique français que j'apprécie tant ! Durant presque deux heures, le film nous happe, joue finement avec nos nerfs et aussi sur le mystère. Qui sont ces personnages ? Que veulent-ils réellement ? Les bons et les méchants, se mélangent, ne sont pas ce que l'on pense qu'ils sont. Tout cela avance à grande vitesse, s'éclaire, s'obscurcit. Normal, la lumière et la nuit jouent un rôle important dans cette cavale où rien ne se passe comme prévu.
En sortant de la projection, pour vous dire comment le film arrive à agripper les spectateurs, je me faisais la réflexion, qu'avec un gros thème autour de la foi et la croyance, sujet top sensible chez moi qui ai tendance à ne croire à pas grand chose (surtout de mystique, religieux ou surnaturel ), j'ai pris fait et cause pour le personnage de ce petit garçon, jeune humain aux essences ou divines pour certains ou surnaturelles pour d'autres. Il faut dire que le jeune acteur Jaeden Lieberher, épatant de photogénie, pas du tout cabot, hérite de plans magnifiques aussi inquiétants que marquants. Mais c'est sans doute aussi par la grâce d'un scénario très écrit, très bien construit et par une mise en scène d'une grande douceur dans la description des rapports humains, que le film arrive à n'être ni manichéen, ni préchi précha mais tout simplement passionnant et pas du tout poseur.
On notera la présence rassurante de Kirsten Dunst dans le rôle assez ingrat de la mère ( juste deux trois répliques et beaucoup de présence silencieuse faite de regards ou attristés ou angoissés ou aimants )... rassurante pas que pour l'enfant mais pour les spectateurs (trices) car on s'aperçoit que loin des podiums et des gazettes, la star semble être une femme tout à fait comme les autres ( à moins que ce ne soit son talent ou la magie du cinéma qui nous la rende semblable à Maryse Villette, 2 rue Galuchon 36200 St Marcel).
C'est donc les yeux fermés sur la presse et les bandes annonces que vous vous rendrez au cinéma et que là, vous pourrez les ouvrir pour découvrir "Midnight spécial", film efficace et au fort pouvoir réflexif. ( Donc ne regardez pas la bande annonce ci-dessous, mise uniquement pour ceux qui n'ont pas décidé à aller découvrir le film mais en parler autour de la machine à café.)




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mortelle dédicace de Elly Griffiths

 " Mortelle dédicace" s'adresse en premier lieu à tous les amateurs de polars anglais à l'ancienne, façon Agatha Christie ...