vendredi 5 août 2016

Marvin Jouno - Si le vous vous plaît





La compil de l'été n°4



Il m'est impossible de ne pas avoir dans ma compil de cet été un titre de Marvin Jouno ( D'ailleurs, son album complet fait partie de la compil, mais je joue le jeu d'un seul titre par chanteur).

Sans doute l'album le plus prometteur de cette année. Pas un seul titre qui laisse indifférent, que du bon, du très bon même. Auteur, compositeur, interprète, la chanson française va devoir compter avec Marvin Jouno. D'ailleurs, pas plus tard qu'hier, j'ai pu vérifier sa prestation scénique devant un public pas acquis d'avance. Imaginez un concert gratuit, dans la bonne ville de Blois qui avait installé le chanteur sur une petite scène, au fond d'une petite place . 21h.  Quelques personnes posées timidement aux abords de la scène, seul un groupe de personnes handicapées (  qui danseront et apprécieront la prestation) conduites par leurs moniteurs à l'affût de la bonne aubaine pour des sorties non payantes vu les budgets alloués, occupait un petit espace devant mais sur le côté. 21h10, le concert débute. On sent le chanteur fébrile. Quelques personnes arrivent, attirées par le bruit. Pas facile de défendre des textes exigeants, littéraires, bourrés de références cinématographiques dans de telles conditions. Mais petit à petit, la musique, la voix bien posée du chanteur font grossir le nombre de spectateurs qui approchent et commencent à faire masse. Le concert, bien dosé, va crescendo. Marvin Jouno gagne en confiance, sent le public qui accroche. Les chansons s'enchaînent. Marvin Jouno a une voix plus assurée et débarrassée des petites tonalités à la Jean-Louis Murat qui affleuraient de temps en temps sur l'album. Le concert se termine judicieusement avec deux titres bien rythmés qui électrisent le public.  22h15. C'est fini et ô surprise le public reste et en réclame encore ( moi aussi bien sûr!). Un monsieur à côté de moi, alors qu'il n'avait jamais entendu parler du chanteur, réclame de réentendre "Dans l'étang" , en fin non, celle qui parlait de "prendre son temps". Un rappel visiblement inattendu pour le chanteur et ses deux musiciens qui refont "Quitte à me quitter" ( Hélas "panorama", chanson forte et intimiste est réservée aux scènes fermées) .
Belle soirée et jolie performance face à un public qu'il a fallu  harponné fermement et qui prouve que Marvin Jouno défend sur scène ,largement aussi bien que sur disque, ses compositions. Que ceux qui ne les connaissent pas encore se dépêchent de le faire avec une petite précision : risque d'addiction plus que probable !

Aller hop, une autre vidéo pour le plaisir !


1 commentaire:

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...