mercredi 5 juin 2019

Parasite de Bong Joon-Ho


Que rajouter à ce torrent de louanges, ces tresses interminables de lauriers, à cette palme d'or ? Rien...ou presque, car tout est vrai. On peut dire que le réalisateur coréen a réalisé un film parfait ( pour l'époque) qui, chose rare, rassemblera pour une fois critiques et public et redorera au passage l'image des gagnants de Cannes souvent associés à un cinéma intello, rasoir et/ou élitiste. 
Bong Joon-Ho réussit le mariage de la carpe et du lapin, à savoir proposer une histoire de 2h12 ( la longueur d'un bon film intello) qui se regardera sans ennui grâce à un scénario habile et aux multiples rebondissements et dans laquelle il arrive à glisser sans que cela soit pesant ou redondant, une multitude d'éléments signifiants, politiques, philosophiques qui plaira à un public avisé et cinéphile. A cela, vous ajouter une mise en scène extrêmement élégante, virtuose, jouant avec talent, autant de la froide géométrie de la  maison d'architecte habitée par les riches héros que de l'entresol miteux dans lequel se terre les autres personnages pauvres mais rendu cinématographiquement attrayant par une caméra inspirée, livrant une quantité de plans remarquables et imprimant à jamais notre rétine, et vous obtenez le film le plus emballant vu depuis longtemps. 
Dans le détail, on peut trouver que la première partie de "Parasite", véritable comédie grinçante, piquante, utilise quelques facilités scénaristiques pour introduire les pauvres chez les riches, mais le rythme donné ainsi que l'élégance du cadre balayent ces réticences, vite oubliées  quand celui-ci bascule vers une deuxième partie haletante, éblouissante, tout simplement extraordinaire. Sans jamais rien lâcher de son propos, ni de son envie de mener son histoire jusqu'au bout avec de nombreuses surprises, en amplifiant la beauté de ses plans, le film, emporte tout sur son passage, faisant vivre aux spectateurs, subjugués, un grand moment de cinéma. Suspens, humour ( noir, très noir), métaphores, violence ( attention aux âmes les plus sensibles... ) s'unissent pour nous offrir un final où tout un chacun pourra y puiser de cette substantifique moelle qui nourrira notre esprit bien après la projection. 
La thématique pauvre/riche, nouvelle pierre angulaire de nos sociétés ultra libérales, ingénieusement mise en scène ici, nous offre un film diablement malin, acide, n'épargnant personne et dont chacun tirera la morale qui l'arrange, de la confrontation inévitablement violente des deux camps à une ligne plus consensuelle ( induite par la conclusion du film) qui enjoint que, quand même, il faut essayer d'être riche. 
Sans tomber dans le débat philosopho/politique auquel "Parasite" nous engage, cette palme d'or possède tous les éléments pour en faire un grand succès populaire ( adulte ). Il serait idiot de bouder notre plaisir ! 





1 commentaire:

  1. Le film est cool et mérite d'être regardé par tout le monde https://film4k.stream/ Je peux vous donner des conseils et recommander de tout voir là-bas, vous ne le regretterez pas comme moi.

    RépondreSupprimer

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...