mardi 4 octobre 2016

Repose-toi sur moi de Serge Joncour


Attention aux lecteurs sensibles et fans de Serge Joncour ( ils sont très nombreux), je vais dire un peu de mal d'un livre écrit pour faire du bien. "Repose-toi sur moi" se range dans cette catégorie vedette des romans plein de sensibilité où une histoire d'amour va nous être narrée façon impressionniste, en l'enveloppant d'une multitude de touches de notre quotidien, souvent finement observé. Dans ce genre on trouve, entre autres, Anna Gavalda, Jean-Paul Didierlaurent ou Agnès Ledig qui reste la dernière qui m'ait fait craquer avec "Juste avant le bonheur" ( peut être a-t-elle eu la chance de bénéficier d'un moment particulièrement réceptif de ma part).
Pour l'ouvrage qui nous occupe, il faut que je sois objectif. L'écriture est fluide, coule bien, c'est très agréable à lire. On peut sourire, se régaler d'un détail, d'une scène, se vautrer même avec délice dans un passage bien vu et bien fichu. Tout se tient presque parfaitement sauf que, hélas pour moi, les clichés habituels du genre se ramassent ici par bennes entières.
Ca commence comme une intrigue Harlequin. Ils se rencontrent et dès le premier regard, ils se détestent. Ok, on a compris, dans 400 pages ils seront ensemble. La seule originalité ( si c'en est vraiment une ) est que c'est elle qui est riche et lui le pauvre. En gros, une styliste de mode tombe raide dingue ( pas tout de suite, mais ça arrive vite quand même) d'un mec qui doit recouvrer des dettes chez des particuliers. Grosso modo, c'est comme si Inès de la Fressange se pâmait devant moi. Je ne serai pas contre, mais bon, je ne vis pas dans un roman de Mr Joncour. D'ailleurs, à ce propos, les problèmes d'entreprise de l'héroïne, Aurore Dessage, ressemblent beaucoup à ceux qu'a connu l'ex égérie de Karl Lagerfeld. Donc Aurore est riche, mais malheureuse et bien faible tout de même, l'éternel féminin quoi ! Comme il ne faut pas sortir des rails du genre, le mec lui est une armoire à glace, froide en dehors mais avec coeur gros comme ça et un lourd passé émotionnel! Vous pensez bien qu'un gringalet, même teigneux, n'avait aucune chance de pouvoir partager la couche de la dame. Donc petit à petit, ils vont s'apprivoiser, s'aimer, se poser des questions et se trouver embringués dans une histoire économico-industrielle qui vire au polar (et qui reste la partie la moins convaincante de l'ensemble). Passeront avec eux des thèmes aussi variés que les pesticides, l'opposition ville/campagne, la réussite véritable tue l'amour, la pauvreté dans les banlieues, le surendettement, la solitude des personnes âgées, l'allergie au gluten ...heu non,... pas ça tout de même, il faut rester dans les bons sentiments s'il te plaît. Avec tout cet attelage, le roman chante la complainte douce et empathique d'un monde difficile qui heureusement peut encore permettre à un amour sublime de naître. Les héros traverseront des épreuves, des moments de doute, feront l'amour sauvagement ou langoureusement et.... Je ne raconte pas la fin, vous serez peut être surpris... Partiront-ils ensemble main dans la main chez Monop acheter des légumes bios? Reprendront-ils seuls leur route, cet amour éphémère tapi au fond de leurs coeurs si fragiles ? Feront-ils ménage à trois avec le beau mari d'Aurore ? ( Le héros est veuf, le quatuor ou l'échangisme étant impossible).  Je ne dis rien, je vous laisse découvrir, tout à votre aise, "Repose-toi sur moi", confortablement alangui sur une méridienne, auprès d'un bon feu, votre matou ronronnant à vos pieds.
C'est une lecture facile, agréable, qui plaira très certainement à beaucoup. Personnellement, j'attends d'être ému certes, mais aussi étonné, surpris, pas posé sur l'autoroute bien linéaire du roman de gare.  Même si une vraie empathie se dégage du livre, tout est hélas noyé et perdu dans une trame on ne peut plus simpliste et stéréotypée. C'est bien beau d'unir les princesses et les bergers, mais en 2016 cela m'étonnerait que cela se déroule ainsi... Avec Tindr peut être pour un plan anonyme, mais entre voisins d'un immeuble parisien où les standings sont bien séparés, j'en doute un peu. Oui, je sais, j'ai perdu mon coeur de midinette ! 

1 commentaire:

  1. C'est bien ce que je craignais. C'est pourquoi je ne le lirai pas. Je n'ai lu qu'un titre de cet auteur (le premier je crois) et je n'ai trouvé que platitude et lieux communs. Mais il y a de nombreux fans de cet auteur !

    RépondreSupprimer

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...