dimanche 23 septembre 2018

Les riches au tribunal de Monique et Michel Pinçon-Charlot et Etienne Lécroart


Dans le monde des chercheurs divers et variés, Monique et Michel Pinçon-Charlot sont les représentants d'une espèce rare : les sociologues qui osent. Pendant 40 ans, ils se sont immergés dans la bourgeoisie pour en faire leur sujet d'étude privilégié. Autant dire qu'il la connaisse sur le bout de leurs doigts, avec ses valeurs ( avec un "v" ultra minuscule car derrière ce mot, il n'y a aucune morale), leurs réseaux nombreux ( rien à voir avec SFR, à part croiser son dirigeant lors d'un dîner au Jockey-Club) et surtout cette facilité à utiliser l'état pour s'enrichir toujours plus au détriment des plus pauvres.
Notre duo de choc préféré a décidé de continuer son travail sur les riches mais avec dorénavant cette grande liberté de parole et de ton que procure le fait d'être retraités. Ces jours-ci sort en librairie leur nouvel opus, qui apparaît, après lecture, comme un sommet de leur oeuvre.
A priori, sur le papier, relater l'affaire Chuzac ( oui, cet ex ministre de François Hollande, bien propre sur lui, le regard franc et droit, qui jurait qu'au grand jamais il n'avait planqué quelques sous en Suisse) n'a rien de fun.
Détrompez-vous ! Toujours vifs et impertinents, ils décident de passer par la BD pour narrer dans le détail ce qui représente au final la quintessence de leurs travaux. Associés à Etienne Lécroart, dont le trait incisif et l'humour caustique font des merveilles, le passage par le neuvième art, en plus d'ouvrir leurs recherches à un autre public, se révèle autant pédagogique ( attention, du pédagogique très très rigolo et créatif !) que franchement prêt à réveiller des instincts révolutionnaires.
Avec un ton piquant, nous plongeons dans les affaires financières de ce Mr Cahuzac ( et de ex Madame, qui n'avait pas son pareil pour faire monter des circuits opaques histoire de tromper le fisc), nous suivons également son procès, donné un peu pour l'exemple mais dont on nous explique comment il s'en est sorti pas si mal que ça grâce à ses amis riches qui n'ont pas lâché l'un des leurs dans l'adversité. C'est également une plongée dans un monde judiciaire taillé pour que les fortunés ne souffrent pas ( les pauvres ...!). Et cela reste toujours une parfaite illustration de tous leurs travaux sur nos riches pour qui la fraude fiscale ( 80 milliards d'euros par an, le montant de notre déficit !) n'est pas un sport mais juste une belle habitude que l'on se transmet de génération en génération, comme celle d'aller à la messe ou de lire les "Les échos" ( qui a détesté l'album y voyant une richophobie exaspérante et trop populiste ).
Loin de tout populisme car parfaitement documenté, argumenté, avec un ton décapant réjouissant qui arrive à nous faire rire alors qu'ils nous présentent un monde désespéramment pourri, Les Pinçon-Charlot frappent toujours et encore. La lecture de cet album est une véritable leçon de politique, leçon qui ressemble à une bombe ou tout du moins à des ingrédients pour commencer à la fabriquer. Donc, lecture indispensable, dans laquelle vous prendrez un plaisir fou ( autant jouissif qu'intellectuel).


2 commentaires:

  1. Pressée de découvrir la dernière friandise du trio de choc!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Pierre D., je suis assez fan de ce qu'écrivent les Pinçon-Charlot sur les riches. Le problème est qu'il n'y a pas de conséquences à leurs écrits. Les "riches" les laissent dire et écrire et cela s'arrête là. Je note de toute façon, ces "Riches au tribunal". Bonne journée.

    RépondreSupprimer

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...