vendredi 18 novembre 2011

Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle


Ce qu'il y a de passionnant quand on se plonge dans un album de Guy Delisle, c'est qu'il nous met dans sa situation : nous sommes un étranger dans un pays inconnu où tout est à découvrir.
Pour suivre son épouse, en mission en Israël pour Médecins sans frontières, le voici, après la Birmanie, Pyongyang et Shenzen, à Jérusalem. Petit à petit, souvent avec une poussette mais toujours avec un carnet de croquis, il va sillonner la ville puis le pays, notant au gré de ses promenades un détail comique, troublant ou absurde de la vie si compliquée de cette partie du monde. Le regard que porte cet auteur est celui du Candide mais avec une touche de dérision tout à fait salutaire.
Comme nous, il essaie de comprendre cet environnement miné par les religions, les conflits de toutes sortes, parfois des plus absurdes, mais avec une touche tellement personnelle que l'on se prend un plaisir fou à le suivre dans ces lieux où tout est quadrillé, surveillé, démoli, insalubre ou sidérant de beauté.
Cela peut être léger comme une kippa Spiderman vendue dans une boutique, agaçant mais drôle comme cet appareil à l'entrée de son immeuble qui diffuse un sourate dès qu'il ouvre la porte ou tout simplement proche de l'absurde comme ces lieux saints confiés mais disputés par six tendances religieuses différentes.
Je ne pense pas que l'on soit plus éclairer sur le conflit israëlo-palestinien après la lecture de cet album. Mais une chose est sûre, on en apprend dix mille fois plus qu'un long reportage d'Envoyé Spécial grâce à cette myriade de détails du quotidien génialement observée par Guy Delisle. Son oeil faussement naïf mais affuté parvient à nous représenter Hebron, bande de Gaza, colonies et autres territoires occupés  à hauteur humaine, sans jamais nous ennuyer, avec une bonhommie et une clairvoyance qui tient de la prouesse.
A lire sans tarder!

2 commentaires:

  1. J'ai lu "Chroniques birmanes" il y a trois ans et j'ai été un peu déçue. Pourtant j'en avais entendu beaucoup de bien. Si j'en ai l'occasion, je jetterai un coup d’œil sur celui-là, histoire de donner une seconde chance à l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Excellent album en ce qui me concerne, mais qui ne détrônera pas le chef d'oeuvre de Delisle qui est pour moi Pyonyang.

    RépondreSupprimer

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...