mardi 8 janvier 2019

Les invisibles de Louis-Julien Petit


On râle sur les comédies françaises qui manquent d'originalité et/ou d'envergure, mais cette semaine, on en tient une qu'il ne faut absolument pas rater. Certes il y a deux têtes d'affiche populaires ( Corine Masiero et Audrey Lamy) et même si elles sont totalement formidables toutes les deux, elles ne sont pas l'atout majeur du film. La réussite du troisième long-métrage de Louis-Julien Petit ( après le fantômatique " Carole Matthieu"  et le déjà militant " Discount" ) tient à un scénario impeccable qui ose s'affronter au réel et qui mixe magnifiquement actrices célèbres, vraies femmes à la dérive et comédie sociale qui fait franchement rire. Une prouesse, surtout quand on pense à un autre film sorti il y a peu, l'affligeant "Les bonnes intentions"... Très difficile de faire rire et réfléchir avec un thème autour des laissés- pour-compte de nos sociétés libérales.
Les invisibles du titre sont des femmes SDF qui voient leur refuge de jour fermé par une administration aussi tatillonne qu'incompétente à comprendre la détresse humaine. L'équipe encadrante doit réussir le challenge de réinsérer tout le monde en trois mois. Perdu pour perdu, avec de l'imagination, beaucoup de chaleur humaine et une bonne dose d'illégalité, elle va se battre jusqu'au bout pour essayer de sauver ces femmes.
Bourré d'idées autant sociales que scénaristiques ( les surnoms des actrices amatrices est une source de gags ), le film ne déroge jamais de sa ligne directrice claire, montrer sans aucun apitoiement la complexité de leur vie de grande précarité, de souffrances personnelles, de désert culturel ou affectif et tout ça en faisant rire !
Pari réussi pour le réalisateur qui livre ici un film admirable, qui réchauffe les coeurs. Alors on dira que c'est du cinéma, un milieu bourré de fric qui va s'en faire encore plus sur le dos de la pauvreté ( et en plus coproduit par Marc Ladreit de Lacharrière, celui de la revue des deux mondes qui paye très bien ses collaborateurs, même les moins productifs...)... Soyons bons spectateurs, et disons que l'argent des très riches peut parfois servir une jolie cause ( et montrer que le système manque  sérieusement d'équilibre !) . L'équipe du film a déjà fait beaucoup pour ces femmes, en fait peut être encore et surtout réussit à les rendre moins invisibles et à faire réfléchir intelligemment le public. C'est un vrai film social, et c'est si rare par les temps qui courent!



1 commentaire:

  1. Un film qui nous conforte à semer...même si petites sont les graines...à se bouger, et surtout, surtout, ne jamais rien lâcher!

    RépondreSupprimer

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...