mardi 1 janvier 2019

Roma de Alfonso Cuaron


Chaque fois que sort un film de grand réalisateur de cinéma sur Netflix, cela fait les choux gras des pages culturelles des médias. Cela a démarré avec Bong Joon-ho ( "Okja"), continué avec les frères Coen ( "La ballade de Buster Scruggs"), films intéressants mais dont la vision chez soi sur un écran télé ( même bien dimensionné) n'a pas provoqué un sentiment d'extase. Cette fois-ci, avec "Roma" , Netflix pousse le curseur d'un cran puisque ce nouveau film d'Alfonso Cuaron a obtenu le Lion d'or au dernier festival de Venise. Le principal rival de Cannes créé la polémique en ne dédaignant pas les productions Netflix  qui risquent de changer à jamais la diffusion et donc le financement  d'oeuvres dites cinématographiques.
Avouons pour ceux qui pensent que le senor Cuaron n'a été que le réalisateur d'un épisode de Harry Potter et du spectaculaire mais non moins inénarrable " Gravity", la vision de ce petit dernier risque de les surprendre ( un peu comme un fan des Tuche se retrouvant devant " Hiroshima mon amour"). Le film est loin d'être hermétique mais se révèle très contemplatif et surtout jamais explicatif. Dans un magnifique noir et blanc ( c'est tellement chic le noir et blanc, ça sublime une oeuvre... peut être que le prochain Tuche ....), avec de larges plans, souvent des travellings, dans lesquels vit une famille bourgeoise mexicaine et sa domesticité, la caméra prend le temps de les regarder vivre. On s'intéressera surtout à Cléo, la jeune bonne, silencieuse, un peu à part mais pas spécialement maltraitée par ses patrons. Entre les maîtres et les valets, une sorte de bienveillance existe. Cependant, de part et d'autre la vie ne sera pas tendre et parallèlement chacun vivra une épreuve.
"Roma" , du nom du quartier de Mexico où se situe la maison, film autobiographique, reconstitue un épisode de l'enfance du réalisateur. Avec précision, sans aucune lourdeur,  le spectateur découvre l'atmosphère qui règne à la fois dans cette famille mais aussi dans une ville bouillonnante. Le récit laisse au spectateur le temps de se nourrir ou pas d'éléments importants ou pas, un chien, ses crottes, une fanfare, un mariage, une manifestation, des chiens partout tout le temps, des voitures...symboliques, des silences, des bribes de conversations et une multitudes de gestes pas si anodins que ça. Tout est proposé avec subtilité, finesse.
Le seul problème pour ce film, reste sa vision sur un écran de télévision. L'immersion y est moins intense, le plaisir et l'émotion moins grands sans doute, même si l'on perçoit sans mal la qualité de la réalisation et la finesse du projet. Ne pas le voir dans une vraie salle de cinéma restera un grand regret et laisse l'impression amère d'un film amputé.


1 commentaire:

  1. En général, vous pouvez maintenant regarder des films n’importe où, j’ai personnellement tout regarder ici gratuitement https://voirfilms.zone/ J’ai vraiment aimé, alors ça vaut le coup d’être regardé, je pense que vous ne le regretterez pas, bien que vous le décidiez.

    RépondreSupprimer

Le discours de Laurent Tirard

 Maintenant que la jauge des cinémas est à 65 %, commencent à sortir les comédies françaises à potentiel, c'est à dire celles qui ont de...