mercredi 10 octobre 2018

Voyez comme on danse de Michel Blanc


Seize ans après " Embrassez qui vous voudrez", fort du petit succès de son adaptation du roman anglais de Joseph Connolly, Michel Blanc reprend les personnages pour inventer une suite à leurs histoires bien déjantées. A l'époque, le film s'était avéré plutôt décevant par rapport au roman mais qu'importe, le cinéma actuel se nourrit beaucoup des (bonnes?) vieilles recettes. Quelques comédiens ont accepté de reprendre leurs personnages ( Karin Viard, Charlotte Rampling, Jacques Dutronc, Carole Bouquet), Michel Blanc a concocté une histoire assez banale pour ne pas dire démodée et vogue la galère...
Seize ans après, tout le monde a pris un coup de vieux, du metteur en scène aux comédiens. Seize ans après, le monde a changé et le point de départ du film,  la grossesse de la fille de 17 ans de Véro, laisse sceptique quant à son originalité, voire sa contemporanéité. Certes Michel Blanc a truffé ses dialogues de mots d'aujourd'hui pour faire branchouille, et si même si parfois ceux-ci apparaissent pétillants, la plupart tombent dans l'indifférence générale, car cette comédie cumule les défauts. En plus de situations convenues ( en gros les amants et les maîtresses, sujet neuf jamais traité dans la comédie ), de personnages bien genrés ( la bourgeoise, la bio, la malchanceuse, le benêt, ...) repris par des comédiens dont c'est le fond de commerce, le film manque singulièrement de rythme. Si Karin Viard, survoltée, explose dans toutes ses scènes, le reste de la troupe est sous Lexomil et apparaît bien fade. Ce décalage est accentué par une mise en scène paresseuse et un montage poussif. Du coup, on regarde cela sans entrain, guettant l'apparition de Karin Viard qui n'arrive hélas à ne réveiller aucun de ses partenaires. Le dernier tiers, complètement raté niveau scénario, réussit à sombrer dans un conformisme qui ne ravira que le public plus âgé ou le plus conservateur.
Encore une fois, la comédie française continue à aligner des productions stéréotypées, mal fichues et plus que convenues...Mais quand cela s'arrêtera-t-il ?




1 commentaire:

  1. Bonjour Pierre, j'ai trouvé la comédie un peu paresseuse. Avoir autant de bons acteurs pour accoucher de ce film, c'est triste. Pas de vrai scénario et pas d'histoire. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer

Mortelle dédicace de Elly Griffiths

 " Mortelle dédicace" s'adresse en premier lieu à tous les amateurs de polars anglais à l'ancienne, façon Agatha Christie ...