jeudi 2 septembre 2021

Une histoire d'amour et de désir de Leyla Bouzid


 Dès les premières images du générique, l'oeil est attiré. Une caméra remonte doucement sur une surface vitrée avec quelque chose derrière que l'on ne devine pas au premier abord. Puis on comprend qu'il s'agit d'un corps nu prenant une douche. Fille ? Garçon ? Garçon, dont le corps sensualisé amoureusement par la caméra nous sera révélé s'essuyant... Puis, le film démarre par des scènes d'un jeune homme quittant son domicile vraisemblablement en banlieue populaire pour se rendre à la fac. C'est son premier jour et la fac est la Sorbonne. En quelques scènes quasi muettes, la réalisatrice plante le décor et dresse un portrait précis d'Ahmed, le désormais sorbonnard. C'est fluide, quasi magistral. On se dit qu'on tient là un sacré film ou tout du moins une sacrée réalisatrice. 

On ne sera pas déçu par la suite. Si le pitch du film est simple, basique  (Ahmed finira-t-il à faire l'amour avec Farah, jeune tunisienne fraîchement débarquée à Paris et qui suit les mêmes cours que lui ?), le développement de cette histoire simple, prendra, grâce à un scénario de dentellière et à un vrai parti-pris de réalisation, une tonalité d'une épatante intelligence. 

Loin, très loin, des films sur le dépucelage d'ados ou des clichés de maghrébins vivant en banlieue, le deuxième long-métrage de Leyla Bouzid, mêle avec brio et surtout une grande subtilité, tout un panel de thématiques actuelles ( la liberté des filles, la machisme des garçons, la vie dans les quartiers sensibles,  le fossé social au sein d'une université d'élite) sans que ce soit ni appuyé , ni démonstratif, ni démagogique. La caméra filme avec douceur et sensualité les visages, la peau, les regards de ses deux jeunes interprètes ( Sami Outalbali et Zbeida Belhajamor tous les deux formidables ) dont le désir s'affiche sans complexe chez la fille et avec une grande timidité chez le garçon qui se trouve bouleversé par ses sentiments, par la liberté inhabituelle des filles et par sa vie qui s'éloigne des codes habituels . Au passage, on y apprend beaucoup de choses sur la littérature érotique arabe ( et sur une culture beaucoup plus ouverte sur le désir et le plaisir dans les siècles passés), sujet de l'un des cours que suivent les deux jeunes gens sous la houlette d'une professeur aussi érudite que pragmatique ( formidable Aurélia Petit).  Bien sûr ces mots, cette poésie ouvertement sensuelle joueront un rôle sur les sentiments des deux protagonistes tout comme sur la réalisation qui viendra magnifier ces premiers émois. 

Sélectionné pour la clôture de la semaine de la critique à Cannes en juillet dernier, "Une histoire d'amour et de désir" confirme l'immense talent da réalisatrice Leyla Bouzid, révèle ses deux jeunes acteurs et offre aux spectateurs, une très beau film qui prend le temps de s'intéresser à ses personnages, à leur vie, à leurs sentiments, le tout nimbé dans une sensualité à fleur de peau. Magnifique !



1 commentaire:

  1. Bonjour Pierre, un joli film pas mièvre du tout avec deux jeunes acteurs très bien. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...