samedi 1 décembre 2018

Lola et ses frères de Jean-Paul Rouve


Quel producteur a-t-il pu penser une seconde que "Lola et ses frères" possédait une quelconque attractivité commerciale ? Comédie mélodramatique aux ressorts usés, cette oeuvrette pourtant pas plus mal fichue qu'une autre ( et si l'on considère le flot de comédies ratées sortant ces derniers temps, celle-ci s'en tire un peu mieux) laisse tout de même pantois. Sur un scénario mille fois vu ( les relations forcément complexes au sein d'une même fratrie), Jean-Paul Rouve parvient juste à nous faire sourire de temps en temps mais installe le spectateur dans un confort pépère lénifiant. Pourtant le film possède un minimum de qualités. Les comédiens jouent avec talent la petite partition mise à leur disposition. On est content de retrouver Ludivine Sagnier, José Garcia dans un rôle sérieux convainc avec aisance, Ramzy Bédia en amoureux sympa épate et l'on découvre même Pauline Clément formidablement drôle dans le rôle pourtant casse-gueule de l'épouse un poil idiote. Mais pourtant on regarde cela avec l'oeil morne, pensant dès les premières minutes que cela aurait au mieux convenu à une vision dans son canapé, devant sa télé, un soir, après le boulot. Même esthétique téléfilm, même propos vaguement teinté d'humour mais surtout très convenu, même mise en scène platounette. Si l'on est de très bonne humeur, on peut penser que Jean-Paul Rouve tente de faire du Claude Sautet en plus drôle mais surtout en moins amidonné du caleçon. Si l'on n'arrive pas à se débarrasser d'un certain esprit critique, on se dit que c'est la dernière fois que l'on ira au cinéma voir une production française usant encore plus une corde mille fois utilisée ( et qui risque de rompre).
Parfois, on se dit que le cinéma français devient de plus en plus une machine à produire du contenu pour télévision qui vise surtout à n'épater personne, et surtout à endormir les spectateurs en lui montrant de bons acteurs s'agitant pour faire oublier le vide...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...