vendredi 21 décembre 2018

Yves Saint Laurent, le soleil et les ombres de Bertrand Meyer-Stabley et Lynda Maache


Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Saint Laurent, le vrai, le beau, le laid, le maso et plus encore. Dix ans après sa mort, et surtout un an après celle de son mentor ex amant Pierre Bergé, on sent que les biographes peuvent raconter avec plus de liberté la vie de celui qui fut l'un des plus iconiques couturiers français. Sans tomber dans le ragot de bas étage, mais sans doute avec l'envie d'être au plus près de ce que fut la réalité du créateur, le duo d'auteurs retrace avec une ferveur d'admirateurs inconditionnels la vie de ce génie de l'élégance. De l'enfance en Algérie, d'où naîtra son amour pour les couleurs et les odeurs, jusqu'aux dernières années toujours créatives mais rendues lymphatiques par la dépression et les neuroleptiques, tout sera disséqué. Seront évoqués ses vêtements phares, ceux qui sauront accompagner une femme ( certes très riche) en voie de libération comme le caban, la tunique, la saharienne, le smoking ou le jumpsuit ( pour les néophytes, c'est une combinaison pantalon qui a d'ailleurs resurgi sur les portants il y a peu). Magie de la coupe, extrême qualité des tissus, grâce des accessoires, harmonie des couleurs, génie des proportions sont autant d'expressions que crieront les commentateurs de l'industrie de la mode et qui accompagneront toute la carrière d'Yves Saint Laurent. Chaque défilé sera évoqué, chaque source d'inspiration aussi, que ce soit les voyages, les personnes ou sa passion pour les artistes. Au milieu de ce déploiement de soieries et autres organza, s'intercaleront bien sûr des choses plus privées, son couple formé avec l'homme puissant que devient Pierre Bergé, ses amitiés avec des femmes très fidèles considérées comme des muses, son attirance pour les jeunes éphèbes marocains et les rapports masochistes.
Cette biographie possède une petite particularité. Elle s'achève au bout de 182 pages et passe ensuite, sur les 140 restantes à livrer une sorte d'encyclopédie Saint Laurent, en détaillant, le vestiaire immortel qu'il a créé, ses égéries, l'histoire de ses parfums, des nombreuses et luxueuses villas achetées pour s'achever sur un dictionnaire Saint Laurent. Cela confère à ce livre un côté très complet mais, qui, et ce sera le seul reproche qu'on puisse lui faire, n'évite hélas pas quelques redites comme si l'enfermement et l'immobilité du créateur ne permettait pas de multiplier les anecdotes.
Les passionnés de mode trouveront dans ce " Yves saint Laurent, le soleil et les ombres"  une véritable compilation de plus de quarante de créations par celui qui est considéré comme un génie. Les autres, en passant un doigt rapide sur les portants de ces nombreux vêtements pourtant mythiques, verront surtout défiler, non pas des atours divinement construits, toute une époque de progrès, de libération mais aussi de montée de la finance. Passionnant. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'Affaire collective d'Alexander Nanau

 Il y a des films qui prennent le spectateur aux tripes pour lui faire ressentir ce qu'il peut avoir de meilleur en lui, lui ouvrir les ...