mercredi 6 février 2019

La dernière folie de Claire Darling de Julie Bertuccelli


On voit bien ce qui a pu plaire à des producteurs dans le nouveau long-métrage ( de fiction) de Julie Bertuccelli : un emploi que Catherine Deneuve n'a pas encore tenu ( si, si, ça existe). De la pute à l'éleveuse de dindons, elle a vraiment tout fait sauf, et c'est maintenant chose faite, une vieille atteinte d'Alzheimer. Dans le film, elle s'appelle Claire Darling, vit dans une belle et grande maison bourgeoise et décide, sur un coup de tête, de vendre tout ce qu'elle possède en organisant un vide-grenier dans son jardin. Comme nous sommes au cinéma, que la bourgeoisie c'est quand même plus joli à l'écran, Claire dispatche ses collections d'automates, de beaux vases Gallé, de lampes Tiffany, pas des verres à moutarde Schtroumpf  ou sa collection de chouettes. A l'écran, nous n'avons donc que de belles vieilles choses. Ah non, il y a aussi Laure Calamy, Alice Taglioni et surtout Chiara Mastroianni, la fille de Catherine mais aussi de Claire dans l'histoire. Elles étaient fâchées pour une sombre histoire de bague. Là, c'est dans le film pas dans la vraie vie ( ou Voici n'en a rien dit). Le face à face mère/fille célèbres, pour un producteur, c'est vendeur même si, le retour de l'une dans la maison de l'autre, pour évoquer de vieilles rancoeurs, c'est très commun. 
Je résume : Catherine Deneuve ( malade mais avec une couleur de cheveu inédite, tirant sur le blond/blanc, très réussie) clope en évoquant le passé dans une maison que n'aurait pas renié Mauriac ( ou n'importe quel feuilleton d'été à la télé). Elle apparaît jeune aussi ( d'où la présence d'Alice Taglioni), drague vaguement un curé ( à moins que ce soit le contraire), fait de l'auto-tamponneuse ( il faudra vérifier mais je pense que là aussi c'est une première... à quand le saut à l'élastique? )   et s'engueule avec sa fille. C'est tout ? Ben oui, pourquoi ? Et ça vaut vraiment le coup de se déplacer ? Pourquoi pas ? Julie Bertucelli arrive tout de même à donner un petit côté décalé et rêveur à ce scénario banal. Elle surfe sur une certaine douceur nostalgique très agréable  à l'oeil. Mais s'il y avait une seule bonne  raison d'aller voir ce bric à brac cinématographique, ce serait pour le duo Chiara Mastroianni / Samir Guesmi, qui, parce qu'ils sont de grands acteurs, parviennent dans leurs scènes à être infiniment touchants en amis d'enfance qui se retrouvent et se tournent un peu autour. Sinon, R.A.S.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mortelle dédicace de Elly Griffiths

 " Mortelle dédicace" s'adresse en premier lieu à tous les amateurs de polars anglais à l'ancienne, façon Agatha Christie ...