vendredi 1 février 2019

Minuscule 2 de Thomas Szabo et Hélène Giraud



Votre...fille... beau fils... nièce... petit voisin... vous demande avec insistance de l'amener au cinéma voir " Minuscule 2, les mandibules du bout du monde" ? Vous renâclez ? Vous vous faites prier car vous n'avez pas envie de vous enfiler un énième film pour enfant en version 3D ou pas ? Et finalement, porté par un vague chauvinisme, après tout c'est une production française ( en collaboration avec la Chine toutefois), vous cédez. Après avoir imposé un black out total sur les pop-corns, les boissons et la confiserie ( une salle de ciné n'est ni une cantine, ni un centre de gavage), vous voilà installé sur votre siège. Face à vous, l'écran déballe une flopée de bandes annonces pour de futurs dessins animés ( c'est l'occasion ou jamais d'essayer d'appâter le chaland jeune et consommateur, prochaines vacances scolaires obligent) où déferlent monstres divers, méchants horribles, princesses nunuches et acrobaties aériennes à faire loucher même les cyclopes. Face à cette avalanche de personnages et d'histoires ultra formatés, vous vous enfoncez dans votre fauteuil, vous préparant à subir le même spectacle mais durant 1h30...
Le film démarre avec, ô surprise, ( oui, vous n'aviez pas vu le premier opus) , des images réelles de montagne ! Puis surgissent deux petites coccinelles qui tout de suite, grâce à leurs gros yeux, commencent à vous faire fondre. La comptine " Coccinelle, demoiselle, ..." remonte du fin fond de l'enfance... Certes votre esprit cartésien souffre un peu quand vous en voyez une transportant au bout de ses pattes frêles, une pomme. Mais très vite vous laisser le film faire, après tout c'est pour les mômes !  Un peu de rêverie, ça fait du bien. Et en retrouvant votre âme d'enfant, vous vous laissez glisser dans ce monde minuscule qui va vivre de très improbables aventures ( mais l'adulte sérieux a disparu). Les images réelles, les acteurs ( Bruno Salomone, Thierry Frémont) et les  petits insectes font un sacrément bon ménage. On est scotché par la virtuosité artistique et technique des auteurs qui font cohabiter ces deux univers avec une crédibilité folle. On s'émerveille devant ces adorables coccinelles, cette fourmi et cette araignée si courageuses ( avec un clin d'oeil au "Là-haut" de chez Pixar ). Et l'on mesure la chance que l'on a, d'avoir amener la jeune génération voir un film d'animation sans aucun dialogue ( contrairement à beaucoup de productions trop verbeuses) , où si l'on tournicote toujours beaucoup dans les airs, ce n'est jamais au détriment de notre vue. On appréciera aussi que les méchants, car, il en faut bien, qui sont aussi des insectes, n'ont jamais un côté horrifique surdimensionné.  On a même envie de caresser la grosse araignée qui veut manger notre héroïne à petits points. Quant aux mantes religieuses, elles sont exactement comme dans la réalité. C'est reposant, agréable à regarder avec même un message écologique ( très léger).
'Minuscule 2" prouve que si nous n'avons pas tout à fait les gros budgets des studios d'animation US, nous possédons  la technique et ce petit quelque chose qui fait la différence ; des créateurs ingénieux et talentueux. qui avec peu d'effets nous font retrouver notre âme d'enfant avec humour et sensibilité !




1 commentaire:

  1. C’est intéressant de regarder tous les films ici https://streamingcomplet.page/ Le site est vraiment cool et ce n’est pas la première fois que je l’utilise pour regarder divers films par moi-même.

    RépondreSupprimer

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...