mercredi 6 mars 2019

Deux soeurs de David Foenkinos


David Foenkinos est-il obligé de faire paraître un roman tous les ans ? Ses succès passés lui ont-ils procuré un tel train de vie que dorénavant il soit obligé de produire de façon intensive afin de pouvoir le conserver ? On peut le penser en refermant ces " Deux soeurs", petit roman plus que gentillet, flirtant avec la banalité. 
Mathilde se fait larguer par son mec. Elle est anéantie. Elle pleurniche. Heureusement, elle peut se raccrocher à son boulot de prof de français. Mais, paf ! , elle gifle un élève. Mise à pied. Le gouffre de la dépression s'incruste surtout qu'elle doit lâcher son appart, l'Education Nationale ne verse plus qu'une partie de son salaire. Coucou soeurette ! Tu m'héberges ? Cool, mais je vais pas déranger... 
La suite confirmera le manque d'ambition de l'ensemble, surtout qu'elle lorgnera sur le thriller psychologique sans vraiment y mettre les doigts. 
Pour les fans du l'auteur, on retrouvera ses annotations en bas de page ( bof) et cette nonchalance sympathique, ici à bas régime. Le sujet, maintes fois labouré (en mieux) ailleurs, s'il permet de glisser parfois une ou deux remarques sociétales bien vues, n'évite aucun cliché. Comme son lectorat semble bien ciblé, le récit se garde bien de prendre les directions plus grinçantes qui parfois s'entrouvrent. Il ne faut pas bousculer un public durement acquis à sa délicatesse maintenant quasi légendaire. D'ailleurs, je ne comprends pas que la maison Gallimard n'ait pas caché sa jaquette beige si chic pour la recouvrir d'une jolie photo colorée avec belle dame posée sur un canapé à côté d'un joli chat. Cela aurait été sans doute attiré le lectorat idéal pour ces " Deux soeurs" bien pâlichonnes et évité une grosse déception aux amateurs de vraie littérature qu'attire la collection blanche. 

2 commentaires:

  1. Je passe mon tour, j'ai fait, rapidement, le tour de cet auteur

    RépondreSupprimer
  2. Merci je l’ai lu aussi, intrigue tellement téléphonée... un bouquin bâclé. Votre critique m’a bien fait rire
    Brigitte

    RépondreSupprimer

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...