mardi 26 mars 2019

Son autre mort d'Elsa Marpeau


On dit souvent que si le polar fonctionne bien cela vient du fait que les lecteurs aiment qu'on leur raconte des histoires ( champ parfois abandonné par la littérature classique ). Bien sûr, du roman noir au thriller sanglant, le genre comprend une multitude de sous genres propres à satisfaire tout le monde. Pour " Son autre mort" , le nouveau Elsa Marpeau, difficile de le ranger dans une quelconque case, mais il passionnera assurément les amateur(rice)s de récits habiles et bien ficelés, à tendance psychologique.
Les premières pages du roman, assez basiques et classiques, nous plongent dans une province pas loin de Nantes, avec la venue incognito d'un écrivain célèbre ( ancien prix Goncourt) dans une chambre d'hôtes tenue un couple lambda. Ce ponte de la littérature désire y écrire au calme son prochain roman loin de tous ses proches qui ne connaissent pas sa destination. Alex, prénom masculin de la propriétaire, qui écrit des nouvelles en amatrice, s'intéresse de très près à l'écrivain. Trop ? Sans doute, puisque un cadavre rejoindra un tas de fumier au fond de la propriété, laissant l'assassin s'activer à inventer une autre mort à ce corps bien encombrant, cherchant qui dans l'entourage aurait eu intérêt à sa disparition.
L'intrigue, savamment dosée, ménageant petits moments de suspens et rouages machiavéliques, nous démontrera comment nos technologies modernes peuvent continuer à faire exister virtuellement un mort mais aussi transformer la réalité au bénéfice d'un assassin. Parfaitement huilé, sans plus aucune violence ou crime, le récit avance sans qu'on le lâche, rappelant certains auteurs passés comme Boileau et Narcejac, voire Sébastien Japrisot pour sa mécanique infernale.
Avec son petit côté classique "Son autre mort" parvient sans problème à tirer son épingle du jeu. Sous  son air sagement psychologique, il nous change un peu d'histoires sordides et glauques dans lesquelles les auteurs du genre semblent  aimer se vautrer et démontre qu'avec un peu d'imagination et une bonne histoire rondement menée, on peut se passer d'accumuler les cadavres au fil des pages et parvenir à passionner le lecteur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...