dimanche 25 novembre 2018

Aga de Milko Lazarov


Marre des productions françaises plus formatées pour la télé que le cinéma ?  Epuisé par cette débauche d'effets numériques de production US grand public ? Et si vous vous laviez les yeux et l'esprit en choisissant d'aller voir un film bulgare se déroulant en Lakoutie ? Pour ceux que la géographie au-delà de nos frontières reste obscure, cette région ne se trouve nullement en Bulgarie mais au Nord-Est de la Sibérie, un Grand Nord avec seulement de la glace et de la neige comme paysage.
Dans ces étendues arctiques, vous passerez une heure trente en compagnie d'un vieux couple et de leur chien. Dans cette immensité uniformément blanche, la vie s'écoule lentement, entre pêche et pose de pièges, entre cuisine simple et tannage de peau. Un avion striant le ciel de sa traînée de fumée nous indique que nous sommes au 21 ème siècle. Dans leur habitat rudimentaire, Nanouk ( hommage évident au film de Flaherty) et Sedna, reproduisent des gestes ancestraux, immémoriaux. Entre ces deux-là, l'immense complicité qui les lie exprime l'amour dans sa plus belle simplicité. Malgré l'apparence documentaire d'"Aga", le scénario place des éléments d'histoire qui emportent le film dans l'essentiel de l'humanité : la vie, l'amour, la mort, éléments fortement imbriqués. Nous sommes loin des valeurs libérales actuelles : consommation, argent, technologie, valeurs qui ont attiré la fille de nos deux héros.
Avec un format 35 mm qui joue magnifiquement avec ces étendues uniformes sans jamais tomber dans une esthétique appelée de nos jours Instagram, "Aga"  nous invite à réfléchir sur nos vies modernes et sur la mort inéluctable qui nous attend comme sur celles de ces peuples premiers qui s'éteignent peu à peu. On ne peut qu'être ému par l'infinie humilité de Nanouk et Sedna, beaux et touchants face à un monde qui ne les regarde plus, ne les comprend plus.
Malgré un scénario ténu, le film parvient à dire beaucoup, sans pathos, sans effets numériques grâce au regard empathique d'un réalisateur un peu ethnologue et ayant un grand sens de l'humanité.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le discours de Laurent Tirard

 Maintenant que la jauge des cinémas est à 65 %, commencent à sortir les comédies françaises à potentiel, c'est à dire celles qui ont de...