samedi 10 novembre 2018

Lubin pourfendeur de dragons ( ou presque) de Laurent Souillé et d'Eléonore Thuillier


Princesse, prince et dragon, ce trio a beaucoup servi dans les contes pour enfant. En général, la princesse se trouve enfermée dans une tour ( mais pourquoi ? Aurait-elle commis quelque faute horrible ? Ou est-ce plutôt qu'on l'imagine uniquement belle, fragile, opprimée et sans doute un peu niaise ? ). Le prince lui, drapé de pseudos vertus viriles ( le courage, la force et la vanité) vient la délivrer pour la mettre dans sa couche ( une belle niaise fragile, c'est tout bon) ...heu non pour se marier ....pardon. Sur son chemin le prince aura trouvé un dragon, méchant à souhait, haut comme trois étages et crachant du feu à enflammer tout le Péloponnèse. En trois coups de sa petite épée, il trucidera l'animal, son gigantisme ne faisant pas le poids face à la virilité d'un jeune mâle en quête de princesse ( et pour peu que celle-ci ait observé le combat depuis une meurtrière, la vaillance la fait pâmer, évitant au damoiseau de compter longuement fleurette).
Tout ça, c'était avant... Avant le féminisme, Meetoo, la  prise de conscience que les stéréotypes s'installent dès l'enfance et Lubin. ... Mais qui est Lubin ? Ben, le héros de cet album, un prince, nourrit de ces contes et qui y croit. Sauf que la vie c'est autre chose. Norbert, le dragon qui vit dans la contrée voisine, est plutôt du genre lecteur de Télérama, pas guerrier pour deux sous, préférant lire des polars ou tricoter et utilisant ses crachats enflammés pour faire réchauffer son repas. Quand Lubin, se trouvera face à lui en armure, car faut pas exagérer, il veut bien trucider un dragon pour plaire à la princesse Fantine, mais il fait gaffe à sa peau quand même, l'histoire tournera en eau de boudin. Lubin est un gars qui ne sait pas se battre et se verra obligé de trouver d'autres moyens pour séduire la princesse ....qui apparaîtra au final, bien plus finaude et moins éprise de clichés que prévu.
Laurent Souillé et Eléonore Thuillier, les deux auteur(e)s de ce joli conte bien senti, font mouche. Le texte, tout en clins d'oeil légers, divertit par sa drôlerie et se trouve magnifié par de très classiques mais très colorées et franchement réussies illustrations.
Alors, jetez ces contes machistes qui ne peuvent rien donner de bon dans la construction de nos générations futures et devenez un pourfendeur des stéréotypes en adoptant séance tenante Lubin, qui , tout en reprenant les codes du genre, s'amuse pour le plus grand plaisir de tous à les détourner avec gaieté et humour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...