lundi 24 février 2020

Love me tender de Constance Debré


Un énorme coup de Church's ( oui Constance Debré pourrait porter des Doc ou des santiags, mais ce sont des Church's qui la chaussent ) dans la bien pensance actuelle ( à l'image de son premier roman), couplé avec un portrait de mère qui ne laisse pas indifférent. C'est mieux que Christine Angot dont elle reprend l'écrit à l'os mais auquel elle ajoute un vrai sens du rythme et un discours politique et mieux que les dernières productions ( sous Subutex sans doute) de Virginie Despentes  à qui on pense forcément. Un livre intime qui bouscule le lecteur, ça fait du bien ! 

🔆🔆🔆🔆🔆/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...