samedi 1 février 2020

Les fluides de Alice Moine


Une mère et sa fille vont à la piscine. Elles se déshabillent, enfilent un maillot, passent sous la douche, tentent d'éviter le pédiluve, se baignent, se redouchent et se rhabillent. Voilà, en quelques mots le résumé de ce court roman. C'est tout ? C'est une rédaction de CM1 ? Non, bien sûr que non, mais un petit texte, qui, au fil des pages, viendra éclairer doucement les personnages. La mère surtout car sa petite fille de 7 ans restera jusqu'au bout vaguement tête à claques. Les premières fêlures apparaissent dès les premières pages rendant cette sortie à la piscine bien moins festive que prévue. Une séparation qui a laissé de nombreuses traces, pas que dans la tête, des liens à reconstruire avec une enfant élevée par son père, un incident passé dont la douleur sourde s'est conjuguée avec celle du divorce, vont donner au roman un ton nettement plus profond.
C'est le  portrait d'une femme cabossée, au bord de la rupture sociale, dont ce passage apparemment anodin dans une piscine va pourtant faire bouger les lignes d'une vie ayant pris une mauvaise direction. Le roman ne se noie pas dans une psychologie de bazar, flotte plutôt entre deux eaux, choisissant la délicatesse d'une caresse aquatique à celle de la nageuse à gros bras. L'histoire simple prend toutefois un peu d'épaisseur et reste agréable à lire sans vraiment accéder au grand bassin littéraire.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...