mardi 28 janvier 2020

Le courage des autres de Hugo Boris


Monter dans le métro parisien ou le RER, c'est plonger au coeur d'un concentré d'une humanité urbaine à l'image de notre société. Des solitudes aux yeux aimantés sur leur smartphone, coupées du monde par quelques écouteurs, d'autres perdues dans la contemplation répétitive de quais carrelés comme des salles de bain peu accueillantes, quelques rares encore plongés dans la lecture d'un objet papier appelé livre ou journal, beaucoup fuyant le regard du voisin, surtout si on le sent en errance,  la peur de déranger ou de déclencher quelque remarque violente.
C'est un peu tout cela mais surtout cette violence qu'Hugo Boris nous décrit dans cette succession de récits qui traduisent magnifiquement un vécu quotidien de titulaire de pass Navigo. Ces moments de violence ou de défaillance contemporaine peuvent sembler flirter avec une banalité que l'on n'a peut être pas envie de retrouver en littérature. C'est sans compter avec le sens d'observateur de l'auteur et son évident talent de conteur qui sait décrire avec finesse toute ses petites lâchetés quotidiennes lorsqu'il se trouve être le témoin d'un de ces événements où la peur, la violence, la bêtise viennent bousculer un voyageur voisin, une vieille dame, un jeune solitaire. Hugo Boris a beau être un homme jeune, dans la force de l'âge, ceinture noire de karaté, il a le ventre qui se noue, la tête qui s'affole, les membres qui se tétanisent lorsque dans les transports urbains il se retrouve confronté à ces incivilités qui gâchent un trajet déjà pas bien agréable. C'est cette lâcheté que nous avons presque tous qu'il nous livre au travers de ces pages remarquablement bien écrites. C'est aussi un auteur qui se déshabille devant nous, pas de façon physique mais plus psychologique, livrant ce que l'on cache par honte et non par pudeur, sans jamais être nombriliste, ni misérabiliste et encore moins larmoyant.
Pas vraiment un roman, ni un recueil de nouvelles, l'ouvrage dresse le portrait d'un homme à la lâcheté ordinaire dont l'admiration du courage des autres lui permet d'écrire des pages d'un fort belle humanité !  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mortelle dédicace de Elly Griffiths

 " Mortelle dédicace" s'adresse en premier lieu à tous les amateurs de polars anglais à l'ancienne, façon Agatha Christie ...