lundi 14 septembre 2020

La Daronne de Jean-Paul Salomé

 


Aller voir au cinéma l'adaptation d'un roman que l'on a beaucoup apprécié, réserve souvent de mauvaises surprises, la déception étant souvent au bout de la projection. Quand j'avais lu "La Daronne" d'Hannelore Cayre, jamais ne n'aurai imaginé que c'était un rôle pour Isabelle Huppert. Mais la magie et les envies des producteurs/réalisateurs/actrices sont vraiment impénétrables ( et l'imagination des spectateurs sans doute limitée), voici sur les écrans la frêle silhouette de l'actrice aux mille facettes endosser le statut de dealeuse futée tenant tête à de dangereux malfrats. Et le pire, est que ça fonctionne très bien! 

Si le passage du papier à l'écran gomme pas mal du mordant du texte initial et met en évidence des grosses ficelles que l'écriture parvenait à cacher ( comment le commissaire joué par Hippolyte Girardot peut-il ne pas reconnaître la voix de celle qui est aussi sa maîtresse? ), force est de constater que le plaisir du film vient de la comédienne principale qui arrive à imposer ses regards parfois éteints ( regardez les yeux d'Isabelle Huppert dans le film, fixes, perdus... ), son âge ( 67 ans, des enfants pas trop âgés, et toujours au boulot dans un commissariat), son aspect fragile comme une force. Elle est étonnante et bien meilleure que dans certaines comédies passées ( les improbables "Madame Hyde" ou "Tip Top"). Elle tient le film à elle toute seule ( même si l'on y croise quelques seconds rôles sympas) et c'est uniquement pour elle que cette daronne mérite d'être vu, l'ensemble ne sortant guère du flot des comédies policières qui feront les beaux soirs des programmes télés. On pourra comprendre que les fans du roman boudent le film et restent sur l'excellente impression de franche immoralité qui émaillait du texte original, qu'un cinéma français, visant un large public, a sérieusement lissé. 

3 commentaires:

  1. Bonjour Pierre D, j'ai trouvé le film nettement moins drôle et percutant que le roman. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour pierre. J’ai trouvé le film d’une médiocrité sans nom. A aucun moment je n’y ai retrouve le ton du livre : incisif, noir, drolissime ! Pour moi, un ennui mortel même pas digne du téléfilm. Pop corn ;-)

    RépondreSupprimer
  3. ta d loi du cine8 janvier 2021 à 19:20

    Ah, celui-là, j'ai eu le temps de le voir en 2020, avant que le deuxième confinement nous prive à nouveau de cinéma! Bien apprécié la vision, après avoir lu le livre (que j'ai relu, du coup, ensuite).

    RépondreSupprimer

L'Affaire collective d'Alexander Nanau

 Il y a des films qui prennent le spectateur aux tripes pour lui faire ressentir ce qu'il peut avoir de meilleur en lui, lui ouvrir les ...