jeudi 21 janvier 2021

Une loge en mer de Magali Desclozeaux


Vous en avez marre de ces romans français nombrilistes qui à coup d'autoportraits avec père ( ou mère) , de violences familiales ou de cafard post passion qui tentent de nous divertir? Ou de ceux qui, tout en étreignant la misère du monde essaient de nous éveiller ( tout en lorgnant parfois sur le tiroir caisse)? Vous êtes de ceux qui disent que vraiment ces auteurs français n'ont guère d'imagination et nous servent depuis des dizaines d'années la même soupe, quelquefois un peu goûteuse, mais dont on cherche vainement l'originalité du regard ou de l'écriture ou de l'histoire ? Alors, essayez, achetez, plongez-vous dans ce troisième roman de Magali Desclozeaux, vous ferez un étonnant et totalement dingue voyage. 

Pour bien cerner l'ouvrage, et ne pas vous prendre en défaut, il s'agit d'un roman épistolaire. Les expéditeurs, les destinataires, ont pour noms Capucine Liseron, Prune Noisette, Côme Rupin, Isilde Morneplène, ... assurément des personnages de fantaisie... pour une réalité pourtant bien actuelle. Tous échangent avec (ou parlent à leurs correspondants de) Ninon Moinot, concierge à la retraite et désormais logée gracieusement en échange de sa pension dans un conteneur embarqué sur un porte-conteneurs. La situation, peu banale, empreinte de voyage et d'esprit du grand large, va petit à petit, laisser apparaître une réalité beaucoup plus complexe, littérairement ultra maîtrisée, joyeux mélange d'une douce dinguerie à la fois poétique, politique et impertinente. Si le but premier de ce roman est de nous divertir avec brio et originalité, le but second, bien réel, et n'est rien moins qu'une fable acide et empreinte d'humour noir sur les paradis fiscaux et les magouilles financières off shore. Rassurez-vous, rien d'ardu à la lecture, même si l'opacité de ces placements font partie du jeu. Comme quoi, on peut parler de sujets sérieux et actuels avec grande virtuosité et surtout sans une once d'ennui. 

Ce roman se pose d'emblée comme une réelle pépite que l'on a envie de partager. Les lettres sont parfois courtes, mais chaque mot, chaque notule a son importance, arrive même à nous faire voyager, à nous émouvoir. Magali Desclozeaux grâce à son imagination débordante, stimule la notre, mélange les grands espaces marins avec l'espace confiné du conteneur pour faire jaillir une histoire étonnante, à la fois drôle et émouvante. Du grand art !



 

1 commentaire:

  1. Je me suis sentie bien logée sur cette mer agitée, lecture "contenante", mêlée de tout un tas de sentiments différents. Un voyage non banal, amical et fiscal! A vendre et à faire fructifier sans modération ni scrupules.

    RépondreSupprimer

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...