lundi 8 février 2021

Sélection naturelle de Caoilinn Hughes


 

Voici un roman qui porte bien son titre, qui fait proprement le boulot ... et très vite. Dès les premières pages, le lecteur fronce les sourcils. Passons sur la première phrase qui trompe tout de suite le lecteur français. Non, Gael ( sans tréma) n'est pas un prénom masculin mais celui de l'héroïne de ce roman. Il faudra quelque paragraphes pour l'intégrer, cette petite gymnastique est salutaire pour la plasticité du cerveau. Sauf que le cerveau justement va être confronté à une autre épreuve nettement plus complexe : saisir, comprendre ce qui est écrit. C'est en français certes, mais entre des phrases assez lourdingues ("Sive gardait rarement des fleurs dans la maison, à cause du trop grand nombre de choses dont s'occuper, parce que cela rendait Guthrie morose d'assister au biorythme épanouissement-fanaison ...), que parfois on relit pour bien en saisir le sens, ou des coquilles ( enfin je pense )... comme dans cette phrase : " D'un geste tremblant, Sive appuya ses doigts contre ses temps et s'immobilisa la tête.")... mais peut être y-a-t-il ici une perception du temps, métaphorique sans doute,  que je n'ai pas saisi. Bref, on relit, les phrases, la lecture est hachée, on se demande si c'est un problème de traduction ou si le roman ( traduit de l'anglais ( Irlande)) proposait une langue novatrice empreinte d'effets de style difficilement traduisible en français, que l'on perçoit bien lorsque page 62 tout un paragraphe ajoute une majuscule à chaque mot. Quoiqu'il en soit, et avec parfois l'impression de lire des phrases issues de Google traduction, on avance vaille que vaille au sein de ce couple dysfonctionnel et dont les enfants vont tenter de se défaire de cette éducation empreinte de religion mais aussi de désir de réussite. On pénétrera ( péniblement) dans le milieu artistique New-yorkais, et... et... ben rien.... j'ai abandonné page 156...lassé de revenir constamment en arrière relire des phrases et m'énerver sur ce style obscur. 

La "Sélection naturelle" a bien opéré. Ce roman n'est pas pour moi et m'a rejeté impitoyablement. Je ne suis pas fait pour survivre en milieu littéraire hostile ou.... plutôt à comprendre les écrits d'une évidente admiratrice de James Joyce dont cette lecture m'a rappelé mes errements lors de la tentative de lecture d'"Ulysse". Dommage, le sujet était intéressant...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le discours de Laurent Tirard

 Maintenant que la jauge des cinémas est à 65 %, commencent à sortir les comédies françaises à potentiel, c'est à dire celles qui ont de...