vendredi 5 mars 2021

Les six fonctions du langage de Clémentine Mélois


 N'allez pas croire qu'il s'agit d'une adaptation à vocation pédagogique du schéma de Roman Jakobson ( qui a défini les 6 fonctions du langage en 1960). Non, Clémentine Mélois est à la fois une plasticienne, autrice ( il va falloir qu'elle s'habitue à cette dénomination) et humoriste ( même si le mot risque de ne pas trop lui plaire). Donc, son nouvel objet littéraire est une parfaite synthèse des talents énoncés plus haut. La plasticienne, à partir de romans-photos ( brésiliens à ce qu'il paraît) datant des années 70, qu'elle a découpés, remontés, colorisés a passé le relais à l'autrice qui a créé 15 petites histoires teintées de son humour oulipien. 

A l'arrivée, nous avons un joli album, un roman-photo aux teintes qui rappellent la photographe espagnole Oka Leele et dont les personnages discourent de façon décalée, usant et abusant de différents niveaux de langage. Pour donner une idée du genre de l'oeuvre, nous sommes entre les comics retournés de Gabriela Manzoni en moins mordant et l'absurdité d'un Fabcaro. C'est bourré de références (certaines doivent sans doute échapper au lecteur), mais jamais de façon pédante, toujours empreintes d'une certaine folie douce qui donne la main à une jolie poésie nostalgique pour ceux qui ont connu les grandes heures du roman-photo. Vu le genre proposé, on pourra être tenté par une première lecture rapide ( comme pour une BD simple ou donc un roman-photo...), qui sera de toute évidence un peu superficielle. Lors d'une relecture plus attentive, on découvrira tout le sel, toute la malice de cette création et tout l'amour que porte Clémentine Mélois à notre langue française, jouant avec tous ses niveaux de langage et la confrontant à des images pour le moins piquantes, ringardisées à l'extrême. 

Toutefois, les amateurs de grosses rigolades faciles seront à la peine, nous sommes ici dans le feutré d'amoureux de la syntaxe. On peut aimer, adorer ou peut être rester à la marge si on ne décrypte pas tous les codes employés. En tous les cas, une curiosité vivifiante et originale. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'Affaire collective d'Alexander Nanau

 Il y a des films qui prennent le spectateur aux tripes pour lui faire ressentir ce qu'il peut avoir de meilleur en lui, lui ouvrir les ...