jeudi 18 mars 2021

Cherry de Joe et Anthony Russo


 Si vous êtes un fan absolu de Tom Holland ( Spiderman) et tenez absolument à le découvrir dans un vrai rôle dramatique ( pas de souci, il fait le job), si vous n'avez jamais vu un film américain traitant du retour d'un GI après de rudes combats ( seconde guerre mondiale, Viêt-Nam, Irak, Afghanistan et donc que vous n'avez jamais jeté un oeil sur Le retour, Voyage au bout de l'enfer, Né un 4 juillet, Brothers, ...) , alors Cherry ( traduction  puceau ) est pour vous ...à priori.... il faut vraiment être puceau de ce cinéma là pour être emballé par cette énième resucée d'une histoire vue et revue ( en mieux ) depuis des décennies. 

Le scénario ne brille pas par son originalité. Deux jeunes personnes ( un garçon et une fille) s'aiment. Suite à un malentendu, lui s'engage dans l'armée, combat en Irak, en revient traumatisé et sombre dans la drogue entraînant la fiancée en même temps. Difficile de faire plus basique et encore plus à réussir à sortir du lot de ce que l'on peut quasi appeler un genre à part entière dans le cinéma US. Le traitement opéré par les réalisateurs relève plus d'un alignement d'idées mollassonnes n'apportant pas grand chose à l'histoire. On a droit à un découpage en chapitres, c'est chic et ça fait littéraire, mais, en y ajoutant une voix off, on perçoit le manque de véritable point de vue, la mise en scène se contentant d'illustrer le propos. L'action avance sans surprise réelle et ce n'est que vers la fin, avec la plongée dans l'héroïne (celle avec seringue !) que l'on ressent un intérêt un peu plus soutenu, surtout que le film n'arrête pas de balancer entre drame, love story toxique et humour ( appliqué à quelques hold-up d'ailleurs plus qu'improbables). Ces hésitations narratives, pas convaincantes, arrivent malgré tout à sortir le film du banal sans creuser toutefois le réel potentiel psychologique des deux héros. 

Voilà encore un film qui ne va pas plaider pour prendre un abonnement sur un serveur VOD ( ici AppleTV ), ces productions "maison" n'offrent rien de vraiment emballant sinon à fournir du contenu. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le discours de Laurent Tirard

 Maintenant que la jauge des cinémas est à 65 %, commencent à sortir les comédies françaises à potentiel, c'est à dire celles qui ont de...