mardi 11 mai 2021

Là où nous sommes chez nous de Maxim Leo


Il est des livres que l'on ouvre et dont on se dit ..Ouh làlà ! Celui de Maxim Leo, écrivain franco/allemand, s'ouvre sur un arbre généalogique fourni, avec de multiples branches. Tout de suite vient à l'esprit une sorte de saga familiale où l'on risque de se perdre (et donc consulter sans cesse l'arbre). Et quand en plus il s'agit d'une famille allemande avec des origines juives que l'on découvre en plein dans les années 30 à Berlin... on sait que l'on ne va pas s'amuser une seconde, des images de camps d'extermination et autres infamies orchestrées par le régime nazi venant instantanément se coller dans l'esprit de n'importe quel lecteur qui, selon son intérêt pour cette partie de l'histoire risque de dire : "Oh non, encore...". Si vous êtes de ceux-là, remballez vos préjugés et plongez dans l'histoire de la famille Leo, vous ne le regretterez pas !
Tout d'abord "Là où nous sommes chez nous" n'est pas un roman, mais un récit biographique, que l'auteur a reconstitué en rencontrant tous les éléments de sa famille éparpillés un peu partout sur notre planète ( enfin dans quelques pays ...), des grands-parents et de leurs trois enfants  pris au début des années 30 jusqu'à la dernière génération, de nos jours. Nous sommes dans une bourgeoisie éclairée, cultivée, avec des origines juives mais non croyants ni pratiquants. Sentant venir le danger, les enfants vont fuir à l'étranger. Et si la plupart de la famille a effectivement échappé à la Shoah, certains connaîtront un camp de prisonniers allemands en France ( celui de Gurs), d'autres atterriront dans les premiers kibboutz en Palestine déjà en fonction à cette période. 
Le livre, découpé en chapitres s'intéressant à un seul personnage à la fois( avec quelques photos), accroche le lecteur dès les premières lignes. Maxim Leo écrit juste, simple et direct. Il sait rester un narrateur évidemment impliqué puisqu'il nous dévoile toutes ses racines, mais surtout hors pair, n'en rajoutant jamais dans les faits souvent franchement romanesques qui jalonnent ces vies. On le sent sincère, vrai et nous touche car, au fur et à mesure que le récit avance, il rend son propos de plus en plus universel. Au-delà de la simple transcription d'un récit familial, en plus de faire rencontrer la petite avec la grande Histoire, il amène le lecteur à s'interroger sur des sujets qui touchent le commun des mortels, sur le rôle de l'origine autant géographique que sociale, l'importance du passé dans le destin des descendants, les non-dits, les silences familiaux, .... Il y est question de sujets ultra contemporains éclairés par le passé ( l'immigration, les liens que l'on tisse ...ou pas) ou par le présent qui pointe l'ironie de l'Histoire comme, par exemple, le fait d'avoir quitter un pays fasciste en 1930 et de se retrouver dans un pays ( Israël) qui, aujourd'hui, par certains côtés, reproduit des attitudes similaires. 
Vous l'aurez compris derrière cette histoire de famille, se cache un livre absolument passionnant de part ce qu'il raconte, véritable roman dont on tourne les pages avec fébrilité,  mais surtout par ce talent inouï, d'amener les lecteurs à se questionner sur une foultitudes de sujets jamais imposé mais suggérés avec une très grande finesse. Du grand art, qui montre que l'on peut faire simple, captivant et intelligent !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le discours de Laurent Tirard

 Maintenant que la jauge des cinémas est à 65 %, commencent à sortir les comédies françaises à potentiel, c'est à dire celles qui ont de...