jeudi 13 mai 2021

Oxygène de Alexandre Aja


Voici "Oxygène" rare sortie cinéma du moment et surtout vraie production Netflix, française de surcroit. Du coup, on a droit à Mélanie Laurent ( la star du film) sur tous les plateaux, avec la mission d'appâter le spectateur sans trop à dire pour ne pas ( dixit) spoiler et gâcher le plaisir.... laissant donc sous entendre que l'on va en voir de toutes les couleurs dans ce qui ce définit comme un thriller. 

Comme d'habitude beaucoup de bruit pour pas grand chose même si cette fois-ci, ce film semble se hisser un cran au-dessus des fonds de tiroir désormais insortables des distributeurs proposées depuis quelques mois. 

Alors, sans divulgacher le suspens, nous avons Mélanie Laurent qui se réveille dans un caisson de cryogénisation.... Là, petit mise au point. La cryogénisation, pour un spectateur lambda, c'est, en gros des très très riches qui, une fois morts sont conservés dans de l'azote liquide dans le secret espoir de revivre quand la science aura progressé.... Bon ici, Mélanie Laurent, est encore jeune et fraîche et ne flotte pas dans de l'azote liquide mais est posée et branchée de partout dans une sorte de mini cabine à UV ( sans les UV) mais avec matos ad hoc genre écrans tactiles et possibilités de communiquer avec l'extérieur ( avec la voix mâle de Mathieu Amalric), sans doute une version hyper moderne du concept. Le problème pour Mélanie, c'est qu'elle est amnésique. Qui est-elle ? Que fait-elle là ? Le film va distiller au fur et à mesure des éléments pour clarifier tout cela, le suspens venant du fait qu'elle ne possède qu'une heure d'oxygène pour y arriver voire sortir de ce bidule. 

Quand on se doute d'avance qu'elle s'en sortira, le décompte du taux d'oxygène baissant irrémédiablement importe peu .... Bye bye donc le suspense... Reste le pourquoi du comment qui, si l'on n'est pas habitué à des récit vaguement SF,  pourra faire son job ...les autres devinant très vite de quoi il en retourne.  La claustrophobie, qui pourrait rebuter certains, n'est absolument pas le propos du film, qui d'ailleurs, diversifie à l'infini les plans de Mélanie Laurent ( bravo pour cette mise en images créative) et les aère avec des flash-backs de la vie d'avant assez inintéressants ( mais avec Malik Zidi ) n'apportant pas grand chose. 

Au final, nous avons un film pas désagréable à regarder, pas follement passionnant non plus. Alors on regarde Mélanie Laurent qui fait le boulot avec détermination et on apprécie la virtuosité de la mise en scène qui essaie de donner du cachet à ce scénario un peu surfait. 

PS : Lors de la promo, Mélanie Laurent évoque à chaque fois la cargaison de rats qu'on lui aurait jeté dessus pour une scène choc du film... Sans rien révéler, disons que la scène, n'est pas horrifique, tombe dans le film comme un passage obligé un peu hors propos ( sans doute pour rappeler le passé de réalisateur de films d'horreur d'Alexandre Aja) et n'effraiera quiconque, même ceux qui détestent les rats... 





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

FIF85, Festival International du Film de La Roche sur Yon ( une journée au)

Heureusement la Vendée, dans le domaine culturel, ne se résume pas qu'au Puy du Fou. Ainsi, en octobre depuis 12 ans, se déroule un fest...