jeudi 20 mai 2021

L'étreinte de Ludovic Bergery




 

Un premier film, un portrait de femme et le retour d'Emmanuelle Béart à l'écran pourrait être un tiercé gagnant. Perdu ! Si cette chronique autour d'une cinquantenaire qui essaie de reprendre goût à la vie après son veuvage se laisse regarder ( grâce à son actrice), elle pâtit d'un scénario mal fichu qui, au fur et à mesure de son avancée se prend de plus en plus les pieds dans l'improbable. 
Dès le départ, on veut bien croire que l'héroïne, cinquantenaire, reprenne des études à la fac et qu'elle se lie avec un groupe d'étudiants alors qu'elle pourrait être leur mère. Que voulez-vous, de nos jours les jeunes sont trop cools, fluides et non discriminants dans leurs amitiés ! On ne comprend pas tout à fait pourquoi le jeune étudiant gay, interprété par Vincent Dedienne, (34 ans et qui fait quand même figure de redoublant ++++) se lie aussi fortement à cette femme quand même pas des plus rigolotes ... Mais, là encore, on range son esprit critique et on continue de regarder. Quand la libido de la veuve commence à la démanger, nous abordons le sujet principal du film. Comment retrouver une vie affective à un âge rendu peut attrayant dans le marché de la rencontre amoureuse ? Le film va s'y employer, non sans maladresses, mais avec toutefois quelques scènes touchantes. La caméra cadre Emmanuelle Béart au plus près ...et c'est tant mieux car, on aperçoit moins les tenues peu seyantes qu'une costumière perverse lui fait porter ( Etait-on obligé de l'affubler de pulls informes et souvent à grosses rayures ?). On lit bien le désarroi dans le regard éperdu de l'héroïne, cette envie de retrouver une épaule, mais on comprend moins sur la fin ses choix, franchement peu compatibles avec ce qu'elle représentait au début de l'histoire et vraiment peu crédibles ( les moments avec la combinaison à paillettes... la costumière frappe encore !). 
On sort du film, ravis d'avoir revu Emmanuelle Béart. Le plaisir aurait été plus fort si le film avait été un peu mieux ficelé... N'attendez pas son passage à  la télévision pour le voir, l'image grise, sombre, hivernale et son rythme lent semblent faits uniquement pour la projection en salle. De là à prendre son ticket... 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

FIF85, Festival International du Film de La Roche sur Yon ( une journée au)

Heureusement la Vendée, dans le domaine culturel, ne se résume pas qu'au Puy du Fou. Ainsi, en octobre depuis 12 ans, se déroule un fest...