lundi 5 juillet 2021

De l'or pour les chiens de Anna Cazenave Cambet


 C'est le film de tous les contrastes. Tout en gardant un rythme très art et essai ( qui prend donc le temps) avec peu de dialogues, " De l'or pour les chiens" surprend toutefois en faisant cohabiter dans un énième récit d'initiation adolescente  sexualité crue et vie monastique. Attention, nous ne sommes pas dans " La nonne perverse" ou autre joyeuseté vaguement scandaleuse, ici ces deux thèmes se succèdent et permettent à l'héroïne de progresser dans son cheminement pour le moins erratique. 

Esther, 17 ans, un physique de fille que les garçons ne regardent pas forcément mais qu'ils vont aller trouver en fin de soirée, histoire de s'alléger d'un trop plein de fluide, s'amourache malgré une certaine froideur de l'un d'eux. ( Scène d'ouverture du couple faisant l'amour dans une dune, plan fixe des deux corps nus en mouvement, à la bonne distance, assez frontal pour ne rien cacher, assez éloigné pour que ça reste cinématographiquement beau). Evidemment quand on est une taiseuse et qu'aux yeux du jeune gars juste un coup, l'histoire est mal emmanchée. Esther va s'en apercevoir bien vite, ajoutant un coup de plus en sa désillusion en la nature humaine ( famille assez dysfonctionnelle). Et c'est dans un univers où l'on ne parle pas ou très peu (le couvent), que cette jeune fille qui a du mal avec la communication orale, va obtenir des réponses à des questions qu'elle ne se posait pas ( notamment sur sa sexualité et l'image de la femme). C'est  la rencontre de ces deux espaces très antinomiques ( les plages des landes en été, un couvent) qui prend le spectateur à rebrousse-poil. On suit Esther tour à tour boudeuse, enfantine, jolie ou ingrate, incarnée par Tallulah Cassavetti qui enflamme l'écran mais qui, lorsque les dialogues se font plus longs ou dépassent la petite phrase, montre encore ses limites de comédienne. 
Au final, un film qui joue deux musiques assez différentes pour montrer l'ambigüité de la vie et comment celles-ci peuvent parfois se rencontrer pour donner un élan nouveau à une femme en devenir ainsi que de permettre à une jeune réalisatrice possédant un joli regard et un petit univers bien à elle de pointer le bout de son nez dans le cinéma français. Un premier film à découvrir... 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

FIF85, Festival International du Film de La Roche sur Yon ( une journée au)

Heureusement la Vendée, dans le domaine culturel, ne se résume pas qu'au Puy du Fou. Ainsi, en octobre depuis 12 ans, se déroule un fest...