lundi 12 juillet 2021

Je préfère les génies aux abrutis de Anémone et Laurent Brémond


 Ce livre posthume, signé par l'actrice ( et Laurent Brémont devenu son biographe par le hasard d'une rencontre dans un village du Poitou) n'est pas réellement une biographie, ni un livre de souvenirs mais un concentré des deux auxquels viennent se rajouter les émotions de l'auteur et les pensées militantes de la comédienne. 

Sur les pas de Laurent Brémont, nous rencontrons Anémone alors qu'elle a mis sa carrière en stand by, isolée dans sa campagne et sentant, sans se l'avouer, que la maladie ( un cancer du poumon) est en train de la grignoter. Une amitié naîtra avec l'objectif pour l'actrice de livrer face caméra ses souvenirs qui donneront sans doute un futur documentaire mais d'ors et déjà ce livre. On y trouvera donc le récit de cette amitié, les derniers jours de l'actrice mais aussi un résumé des séances des confidences filmées. 

Simplement écrit, le livre démarre gentiment, récit d'une amitié en construction puis des débuts d'Anémone où comment une amitié avec une bande de copains lycéens parisiens( dont le fils de Marguerite Duras) traînant dans les bons endroits l'ont conduit très vite à tourner le premier film plus qu'expérimental de Philippe Garrel à 17 ans. La suite, on la connaît moins. Le livre reste très, trop  pudique tellement cette partie  aurait mérité un plus grand développement, tellement Anémone avait déjà une très forte personnalité et a mené sa vie comme elle l'entendait, librement, follement, acceptant peu de liens et surtout de compromissions. Quand, dans les années 80, elle est rattrapée par le succès,  celui-ci ne durera que peu de temps, en gros de 1981( "Viens chez moi, j'habite chez une copine") à 1987 ("Le grand chemin"), car elle enverra très vite balader cette notoriété trop encombrante, la liant au milieu cinématographique qu'elle juge bourré de vulgarité et de gens aussi méprisants qu'inintéressants. 

Toute sa carrière sera rapidement survolée. Ne comptez pas trouver des anecdotes, des potins, ce n'est ni l'envie de l'auteur, ni d'Anémone qui préfère en dire plus sur ses convictions écologiques et anti libérales. Et soudain le livre prend une petite ampleur qu'il n"avait pas, rendant la comédienne diablement attachante, dont le sans compromission la place soudain dans une posture courageuse et diablement éclairante. Une femme libre, défendant de vraies valeurs et qui a mis en pratique ses pensées, envoyant balader strass, paillettes et argent pour une vie plus simple. Et quand arrivent ses derniers moments et ces rendez-vous manqués des deux amis, une émotion gagne le lecteur, ce qui, il faut l'avouer arrive rarement dans les biographies des gens célèbres. 

Ces confidences autour d'une actrice populaire , écrites simplement, donnent envie d'en savoir un peu plus sur cette comédienne qui fut, dès 1968 une femme de caractère libre, très libre et engagée. On a hâte de voir le documentaire qui devrait voir le jour bientôt. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...