mardi 6 juillet 2021

Teddy de Ludovic et Zoran Boukherma


 Oui "Teddy" est un film de genre avec loup- garou et donc sang et spectateurs un rien coincés sur leurs sièges. Mais "Teddy", bien plus qu'un petit film d'horreur, s'affiche comme un formidable concentré non pas de tomate ( qui gicle de temps en temps) mais de talent. 

La scène inaugurale, simple, naturaliste, avec un joli déplacement de caméra et son jet ( de concentré de tomate) final, place tout de suite le film dans une catégorie "roi de la bricole", mais un roi qui a le sens du cadre, de la direction d'acteurs. Avec trois bouts de ficelle, un ongle, un long poil, un scénario bien écrit, des acteurs bien choisis et bien dirigés, "Teddy" arrive à convaincre même un non amateur du genre ( par contre les fanas d'horreur risquent de le trouver pas si horrifique que ça car au final trop décalé ). 

"Teddy", avec son jeune héros un peu brut de pomme, joue sur plusieurs tableaux et donc permet une lecture multiple. Les cinéphiles y verront un petit hommage au cinéma de Bruno Dumont. Anthony Bajon ( excellent) et la paire de flics, mais aussi cette façon de filmer la province, rappellent "P'tit quinquin". Les amateurs de social pourront y voir une lecture biaisée mais bien réelle sur les clivages sociaux d'une société à la dérive, les différences de classe comme le handicap qui séparent les humains pour mieux les dominer, sans oublier la charge symbolique du personnage de Teddy, loup blessé parmi les siens. Et le spectateur lambda, verra un film sympa, bourré d'humour, jouant parfaitement le hors cadre pour faire ( un peu) peur, attirant l'oeil avec des cadrages biscornus mais jamais gratuits et finissant même par émouvoir ( avec un final porté par Ludovic Torrent absolument magistral). 

"Teddy", malgré le discours un peu sombre, laisse l'agréable impression que de jeunes talents bousculent enfin un cinéma français souvent planplan, savent épater le spectateur par leur créativité, leur sens de la bricole et une écriture plus complexe qu'il n'y paraît. On imagine bien ces deux frères comme de futurs grands réalisateurs... C'est tout le mal qu'on leur souhaite ! Foncez voir "Teddy" tant qu'il est à l'affiche. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...